Dans la "maison" d’Anne-Laure.

La “maison”. La “maison” des autres.
C’est une obsession ancienne chez moi.
Un lieu physique, concret. Avec ses murs et son toit. Une forme.
“S’il te plait, dessine-moi une maison” : on obtient un cube, un parallélépipède universel.
Ce qu’on y met dedans pourtant est singulier.
La “maison” est un lieu de vie. Une vie que l’on imagine à la fois banale et étrange.
Un lieu intime aussi. Un lieu de l’invisible souvent.
Un lieu d’histoires, de souvenirs dont il faut franchir la porte.
La première chose que je fais lorsque je suis invitée chez quelqu’un, c’est visiter. Je fais le tour du propriétaire.
Je fais aussi le tour de “l’appropriétaire”.
En traversant les pièces, je m’imprègne de leur manière de vivre.
J’aime découvrir la “maison” des autres, la façon dont ils en occupent l’espace, la façon dont ils se sont appropriés le lieu.
Je photographie l’intérieur de ces “maisons” quand j’en ai l’autorisation. Ou le privilège.
Une fenêtre sur le quotidien des autres. Le mystère de leur banalité.
Parfois, je dois rester à l’extérieur. Je photographie des fenêtres, des portes, des ouvertures.
La banalité du mystère.

Maison, c’est mon nom aussi.
Un nom que je dois remplir pour combler le vide. Celui de mon père, qui me l’a transmis.
Ma Maison à moi, vide et pleine à la fois.

Les textes et images de ce site sont la propriété exclusive de Anne-Laure Maison